Journée Mondiale du malade

À l’occasion de la 27e journée mondiale du malade

 

Extraits du message du pape François

 

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mt 10,8)

 

(…) À l’occasion de la 27e  Journée Mondiale du Malade qui sera célébrée de façon solennelle à Calcutta, en Inde, le 11 février 2019, l’Église, mère de tous ses enfants, surtout des malades, rappelle que les gestes de don gratuit, comme ceux du Bon Samaritain, sont la voie la plus crédible de l’évangélisation. Le soin des malades a besoin de professionnalisme et de tendresse, de gestes gratuits immédiats et simples comme une caresse, à travers lesquels on fait sentir à l’autre qu’il nous est « cher ».

 

La vie est un don de Dieu, comme interroge saint Paul : « Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? » (1 Co 4,7). Précisément parce que c’est un don, l’existence ne peut pas être considérée comme une simple possession ou comme une propriété privée, surtout face aux conquêtes de la médecine et de la biotechnologie qui pourraient ramener l’homme à céder à la tentation de la manipulation de l’« arbre de vie » cf. Gn 3,24). (…)

 

Tout homme est pauvre, nécessiteux et indigent. Quand nous naissons, nous avons besoin pour vivre des attentions de nos parents, et de même, à chaque phase et étape de la vie, chacun de nous ne parviendra jamais à se libérer totalement du besoin de l’aide des autres, il ne réussira jamais à arracher de soi la limite de l’impuissance face à quelqu’un ou quelque chose. C’est aussi une condition qui caractérise notre être de « créature ». La reconnaissance loyale de cette vérité nous invite à rester humbles et à pratiquer courageusement la solidarité, comme vertu indispensable à l’existence.

 

La gratuité est le levain de l’action des volontaires qui ont tant d’importance dans le secteur socio-sanitaire et qui vivent de façon éloquente la spiritualité du Bon Samaritain. Je remercie et j’encourage toutes les associations de volontaires qui s’occupent du transport et du secours des patients, celles qui pourvoient au don de sang, de tissus et d’organes. Un secteur spécial dans lequel votre présence exprime l’attention de l’Église est celui de la protection des droits des malades (…) Vos services revêtent une importance fondamentale dans les structures sanitaires et à domicile, qui vont de l’assistance médicale au soutien spirituel. (…) Le volontaire est un ami désintéressé auquel on peut confier ses pensées et ses émotions; grâce à l’écoute, il crée les conditions qui font passer le malade d’objet passif de soins à l’état de sujet actif et protagoniste d’un rapport de réciprocité, capable de retrouver l’espérance, mieux disposé à accepter les thérapies. Le volontariat communique des valeurs, des comportements et des styles de vie qui sont animés par le ferment du don. C’est ainsi également que se réalise l’humanisation des soins. (…) Je vous exhorte tous, à différents niveaux, à promouvoir la culture de la gratuité et du don, indispensable pour dépasser la culture du profit et du déchet. (…)

 

Je vous assure que je suis proche de vous tous dans la prière, avec mon affection, et je vous envoie de tout cœur la Bénédiction Apostolique.

François

********************************

J’AVANCE (Moving Forward)

Le temps de la maladie ou l’accompagnement d’un proche nous donne parfois la sensation d’emprunter un sentier périlleux qui donne le vertige. C’est à ce moment qu’une présence aimante procure la confiance et la force d’avancer. Alors peut  surgir l’espérance d’une percée lumineuse, car… Avec toi, j’espère, j’ai confiance et j’avance.